2) Le sud-est

GEEVESTON ET SES ENVIRONS

Ecrit le 25 janvier 2015

Nous avons profité d’une éclaircie (voir article suivant) pour faire l’excursion phare de la région : Le Tahune Airwalk. Une journée active qui consistait en plusieurs activités.

La première, c’était un parcours de 600 mètres sur des plates-formes métalliques, à près de 30 mètres de haut au dessus de l’Huon river, avec des vues impressionnantes sur la canopée de cette forêt de très grands arbres que possède la région. Attention au vertige, Steph !

DSC05070 DSC05074

Ce sont principalement des eucalyptus aux dimensions impressionnantes, à l’image de l’Eucalyptus regnans. Ici, a été recensé le plus grand arbre à fleurs de la planète : du haut de ses 99,6 mètres, le centurion domine ses congénères.

Observez de près le diamètre de ces arbres !

DSC05087

Les filles n’ont guère été impressionnées par l’autre attraction : le passage au dessus des rivières à l’aide d’un pont de singe (swinging bridges). Un passage sur les deux ponts ne nous suffisait pas, surtout à Marie-Lou pas du tout sujette au vertige : on les a donc traversé 4 fois.

DSC05096

DSC05100

Valéry et Stéphanie

 

LA VALLEE D’HUON RIVER

Ecrit le 25 janvier 2015

Plus en aval, l’Huon river s’élargit avant de déboucher dans la mer de Tasman. Il suit des méandres où se donnent à cœur joie des avironneurs et abritent des zones parfois marécageuses investies par des oiseaux.

DSC05040

Mais du fait de la météo particulière de ces derniers jours, qui se réfère plutôt à nos giboulées de mars, l’Huon river nous a donné à voir les plus beaux arcs en ciels (4 en deux jours) que nous n’ayons jamais vus. En voici les plus belles images !

DSC05013

DSC05030

Stéphanie

 

BRUNY ISLAND ET L’ADVENTURE BAY BEACH

Ecrit le 25 janvier 2015

Cette île parfois comparée à Singapour par sa taille ne rassemble que 600 âmes et non 6 millions comme dans la mégalopole asiatique. Elle est composée de 2 parties principales séparées par un isthme de quelques centaines de mètres de long et de 5m dans sa partie la plus étroite.

L’île tire son nom de Bruni d’Entrecasteaux, un navigateur français qui a franchi pour la première fois le chenal entre cette île et le reste de la Tasmanie. Sa mission a été de retrouver trace du scientifique La Pérouse. Il a donné son prénom à l’île mais la dernière lettre est devenue un Y.

L’Adventure Bay baigne une bonne partie ouest de l’île, côté mer de Tasman. Nous avons randonné dans une réserve qui nous a fait traverser une forêt, une importante lagune avec des cygnes noirs, puis déboucher sur une plage. Une magnifique plage quasiment pour nous tous seuls,

DSC05137

et compartimentée à certains endroits par des avancées rocheuses, poreuses et percées de cavités.

DSC05141  DSC05136

DSC05134

Sur le chemin du retour, nous avons croisé un couple de cacatoès, ainsi qu’un émeu solitaire.

DSC05154

Non loin de là, dans les dunes, de petits pingouins se donnent rendez-vous tous les soirs, au crépuscule pour se reposer après avoir passé toute la journée en mer. Nous n’avons pas encore eu la chance d’en apercevoir à une heure si tardive mais nous gardons bon espoir. Mais surtout, nous avons des preuves matérielles de ce va-et-vient nocturne …

DSC05280

Stéphanie

 

CROISIERE ECO-TOURISTIQUE A BRUNY ISLAND

Ecrit le 27 janvier 2015

Nous avons emprunté l’un de ces speed-boats jaunes pour explorer la Nature dans son état sauvage, de l’île. Le bateau était commandé par un jeune capitaine à l’humour britannique et à l’accueil décontracté.

C’était une magnifique excursion de trois heures qui nous a conduits sur la côte sud-est de l’île.

On a observé des formations basaltiques impressionnantes, des falaises vertigineuses et des cavités de bonne taille.

DSC05199

DSC05186

Observez the Monument of South Bruny National Park ! On dirait aussi un roi sur son lama.

DSC05184

Côté faune, nous n’avons pas été en reste : cormorans, fous de bassan australiens, mutton-birds, et surtout quelques albatros.

DSC05212

Nous avons aussi parcouru quelques dizaines de mètres au côté de dauphins juvéniles, toujours un spectacle jubilatoire pour nous tous. A la pointe sud de l’île, nous avons trouvé une impressionnante colonie de phoques à fourrure dégageant une forte odeur (mais il paraît que c’est leur façon de communiquer), affairés à se dorer au soleil ou à faire la planche dans l’eau.

DSC05255

DSC05246

DSC05228

Ce fut un grand moment avec les filles, qui se sont globalement bien comportées et qui ont bien résisté aux soubresauts du speed-boat.

Stéphanie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *