2) Otavalo

MERCADO EN OTAVALO

Nous avons quitté Quito pour un voyage de 2 heures en bus pour la somme modique de 4,40$ pour nous 4. Nous sommes arrivés à Otavalo situé plus au Nord.

Otavalo est principalement connu pour son marché artisanal indien, lieu de commerce pour les villageois des montagnes alentours. On peut y trouver des instruments de musique en bois (des flûtes de pan, des ocarinas, de petites flûtes, des tambourins), des objets de décoration (cadres, peintures, tapis), des vêtements tissés avec des motifs chatoyants, de magnifiques étoles et couvertures en laine d’alpaga, cet animal de la famille des lamas …

On a craqué pour quelques uns de ces produits !!!

IF

IF

IF

IF

IF

PEGUCHE

Nous avons pris le taxi pour nous rendre à un village artisan, Peguche, à quelques encablures d’Otavalo. Le village est réputé pour son artisanat : la confection des tissus en laine de mouton et d’alpaga et les instruments de musique à vent, flûtes de pan en particulier, vous vous en doutez, vu la région!!!

A la boutique du Gran Condor, nous retrouvons un certain nombre d’articles déjà observés au marché : des sacs, des trousses, des châles, des pulls, des tapis épais avec une représentation figurative de la vie andine (lamas, habitants, oiseaux). Cela nous donne l’occasion de voir un jeune homme à l’ouvrage sur un métier à tisser manuel, somme toute bien rudimentaire.

Dans les rues du village, d’autres métiers à tisser, mécaniques cette fois, se font écho et se répondent.

Dans une rue adjacente à la place principale, à la recherche de nouveaux artisans, nous tombons sur la devanture d’une fabrique d’instruments de musique, sans publicité, ni tape à l’oeil « ¿ Esta tienda está abierta ? -Si, bienvenidos !  » Aly et son épouse nous accueillent et nous éclairent sur les différents types de flûtes de pan et leur fabrication. Les flûtes de pan sont de taille variable, plus les tubes sont gros et plus le son qui en sort est grave, naturellement! Les flûtes peuvent être par paire, ce qui permet de varier la musicalité, l’émotion que l’on souhaite en tirer. Saviez-vous que les flûtes de pan sont faites en bambou, provenant de la côte équatorienne ou de Bolivie? Les cannes de bambou sont séchées et deviennent alors de matériaux durs qu’il faut couper et limer à la machine ou à la main. Nous avons assisté à la fabrication d’une flûte de pan à 8 tubes appelée palla que nous avons bien sûr acquise!

A la suite de la fabrication, nous avons eu droit à un petit concert:

 

Je dois vous dire que l’accueil de ces deux êtres-là, aussi différents de nous soient-ils, a été très simple et chaleureux.

Stéphanie

 

CUICOCHA

Nous avons fait une sortie au lac de Cuicocha, situé dans la caldeira d’un volcan érigé il y a plusieurs milliers d’années. Cuicocha vient d’un nom quechua qui signifie le lac aux cochons d’inde. Sur les photos ci-dessous, vous pourrez deviner la forme de cet animal.

 

DSC00298

Le lac est à l’aplomb du sommet Catacoxi (4900m). Notre cher Mont-Blanc pourrait presque aller se rhabiller avec son écharpe blanche. Il faut dire que l’Equateur recèle de nombreux sommets de plus de 5000m, ce qui suggère que les Andes sont grandioses.

Nous avons cheminé à un peu plus de 3000m, et à notre grande surprise, nous y avons découvert une flore abondante (400 espèces végétales dont 14 orchidées sauvages, des graminées, des plantes grasses, etc). A nos latitudes, en France, ce monde serait exclusivement minéral, ici c’est l’explosion de vie.

DSC00310 DSC00308 DSC00307

Sur le sentier pédagogique, nous avons observé des calendriers (lunaire et solaire) et des places rondes qui servaient de lieu d’offrandes (plantes, animaux, …) au soleil et à la lune. C’est dire l’importance de ces deux éléments-là pour les anciennes populations indigènes.

En contrebas, nous avons observé des cultures de blé et d’orge (qui servent à la fabrication de la bière locale) . Quelques paysans motorisés ramassaient la paille, mais il faut dire qu’ils sont très rares, la plupart des paysans que nous observons ici sont faiblement équipés, et travaillent souvent la terre les pieds nus.

La caldeira que nous avons observée est l’une des plus clairement dessinée que nous n’ayons jamais vue.

portrait_quicocha_petit

Stéphanie et Valéry

 

PARC DU GRAND CONDOR

Après une tentative infructueuse pour visiter le parc (il n’est ouvert qu’entre mercredi et dimanche), nous avons découvert ce centre de secours et de protection des rapaces (faucons, aigles, chouettes, hiboux) et le fameux grand condor des Andes, le plus gros oiseau du monde.

L’occasion d’approcher de près ces oiseaux impressionnants par leur taille, en particulier le condor (il est même repoussant). Les filles ont beaucoup apprécié les exhibitions d’oiseaux qui avaient lieu dans un cadre majestueux ouvert sur les Andes:

Stéphanie et Valéry

 

 

4 thoughts on “2) Otavalo

  1. La flute de pan n’a plus de secret pour nous, l’alpaga va pouvoir vous protéger des froids andins. Comment se passe l’accueil avec la population en dehors du milieu artisanal ? Les gens craquent ils pour les deux enfants ? On les imagine assez froids, est ce la réalité ?

    • Les Equatoriens sont plutôt réservés que froids. La présence des filles aident beaucoup à casser la glace dans nos relations. Ils sont très souvent attendris par leur présence. Nous avons ainsi pu dialoguer régulièrement sur l’éducation familiale, la scolarité, etc.

  2. On rentre de Menton et on peut ainsi prendre mieux connaissance de votre circuit.
    Bravo pour toutes les images et commentaires.
    On connaît bien ainsi, l’artisanat qui ressemble à celui du Mexique (1985 et 1986 pour nous) et donne envie d’aller faire un tour là bas.
    Les Equatoriens ont l’air très accueillants la preuve la séance de la flûte de pan.
    Les filles ont l’air de bien s’adapter à tout. Elles découvrent des choses magnifiques: paysages superbes, végétation exceptionnelle et différentes selon les lieux: une grande leçon de biologie.
    Les orchidées sont superbes: Marie qui les collectionne est jalouse…mais admirative.
    Les filles n’ont-elles pas été impressionnées par le vol du « Condor Pasa »?? Magique!
    Aprè demain vous allez découvrir les tortugas… ramenez en une petite!!! Bonne continuation. Bisous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *