5) Rio de Janeiro

PREMIERES IMPRESSIONS

Ecrit le 15 septembre 2014

Je suis arrivée depuis 4 jours et je dois avouer que les débuts ont été un peu difficiles. Le contraste entre le décor naturel, préservé du monde tropical d’Ilha Grande et cette grande ville qu’est Rio a été un peu brutal pour moi. Dès notre arrivée, j’ai été saisie par la laideur des faubourgs, la mauvaise odeur de certains cours d’eau stagnants et la circulation routière anarchique. Rio n’échappe pas aux désagréments d’une grande ville aussi glamour soit-elle perçue dans le monde. Il m’a fallu plusieurs jours pour m’acclimater et relever les atouts de cette ville.

Nous logeons dans un quartier plutôt calme, le quartier Gloria. Nous avons loué un très grand appartement, ce qui met fin à 6 semaines de séjour en hôtel.

DSC01314

Du coup, nous n’avons plus besoin, pour un temps des services d’une lavanderia, puisque nous disposons d’une machine à laver. C’est une commodité que nous apprécions encore plus sachant la petite taille de notre trousseau, qui se compose à peu près de 5 petites culottes, 3 tee-shirts et 3 pantalons/jupes par adulte. Plus besoin non-plus d’un service d’un restaurant puisque nous avons une cuisine et nous en profitons pour cuisiner français. Nous essayons de rééquilibrer nos repas avec des soupes quotidiennes, et des fruits achetés au marché (banane, mangue, fraise, carambole, maracuja, ananas).

DSC01350

DSC01352

Stéphanie

 

JARDIM BOTANICO

Ecrit le 15 septembre 2014

Je ne voulais pas commencer par la vision habituelle qu’on a de Rio de Janeiro. En effet, Rio, ce n’est pas seulement le Pain de Sucre et le Corcovado. L’article qui suit traitera du jardin botanique, qui a été créé en 1808. Ce jardin est très vaste (54 hectares) et comprend une grande diversité d’espèces d’arbre du Brésil parmi lesquels le Pau-Brasil. Cet arbre est emblématique du pays et lui a donné son nom. Petit retour en arrière: en 1500, les colonisateurs portugais arrivent sur les côtes brésiliennes. Pour célébrer leur messe, ils fabriquent des croix rustiques avec cet arbre dont ils découvrent vite qu’on peut en extraire un colorant rouge comme la braise qui allait servir à teindre les tissus. L’exportation massive de cet arbre commença alors vers le Portugal et le nom de ces terres vierges fut tout trouvé: Brésil.

DSC01290

On trouve aussi une grande variété de cactus (dont certains que je n’avais jamais vus),

DSC01298

une roseraie mais sans rose (ce n’était pas la saison), un jardin japonais, quelques orchidées et des bromélies.

DSC01313

Ces dernières sont des épiphytes, c’est à dire des espèces qui poussent sur d’autres sans les parasiter. Elles absorbent l’humidité de l’air pour se nourrir.DSC01411

 

C’est un havre de paix, au milieu de la ville animée qu’est Rio.

Valéry et Stéphanie

 

SANTA TERESA

Ecrit le 15 septembre 2014

C’est un quartier animé, bohème qui a des faux airs de Montmartre, et situé sur une butte. On peut y accéder par de grands escaliers décorés par des artistes, et composés de céramiques provenant du monde entier. L’escalier pourtant constitué de 215 marches a été un réel plaisir pour les filles, découvrant des céramiques plus amusantes les unes que les autres.

DSC01321

DSC01322

Nous y sommes allés un samedi lors de journées portes-ouvertes, l’occasion de découvrir les réalisations de quelques artistes sculpteurs, peintres, décorateurs, etc. Un petit marché artisanal avait également lieu ce jour-là, présentant toute sorte d’objets, souvent de très bon goût.

Valéry

 

OSCAR NIEMEYER

Ecrit le 15 septembre 2014

Cet architecte brésilien, l’un des plus célèbres, décédé en décembre 2012 (à l’âge avancé de 104 ans et 355 jours), a réalisé la construction de Brasilia (qu’on peut découvrir notamment dans « Un homme à Rio »), mais aussi le musée d’art contemporain de Rio de Janeiro, situé en fait de l’autre côté de la baie, à Niterói. Cet édifice a la forme d’une soucoupe volante, aux dires de Salomé, mais selon l’architecte, il représenterait une fleur. Sa situation géographique est exceptionnelle, en bord de baie avec une vue sur le Pain de Sucre et le Corcovado.

DSC01379

Nous n’y sommes pas rentrés, craignant que les filles ne soient pas trop sensibles à l’art contemporain, et nous-mêmes préférant l’art un peu plus ancien.

Valéry

 

RIO BY SUNSET/NIGHT

Ecrit le 15 septembre 2014

Le best of  de nos photos prises de nuit de la baie de Guanabara ou baie de Rio.

DSC01336

Photo prise depuis la célèbre plage de Copocabana.

 

DSC01348

Photo prise depuis l’autre grande plage de Rio, la plage d’Ipanema.

 

DSC01387

Photo prise du coucher de soleil depuis Niterói. Comme toujours sous les tropiques, le soleil disparaît très rapidement sous la ligne d’horizon.

 

DSC01401

Photo prise depuis la baie, avec vue sur le Corcovado (avec le Christ illuminé) et les montagnes alentours.

Stéphanie et Valéry

 

CRISTO REDENTOR

Ecrit le 16 septembre 2014

Hier, nous sommes allés à la Estaçao de Cosme Velho pour emprunter le trem do Corcovado, un train à crémaillère qui monte au sommet d’une colline qui domine Rio et sa baie, à 710m. Ce sommet (le bossu en portugais) est célèbre pour sa statue du Cristo Redentor, conçue par un architecte brésilien et réalisée in situ par le sculpteur français Paul Landowski en 1931. Le site offre un panorama unique sur Rio, du stade de Futebol (prononcez futjebol) du Maracanã au Nord jusqu’à la plage Ipanema en passant par le Pain de Sucre et la plage de Copacabana.

Du haut de ses 33 mètres, le Christ est impressionnant par la bienveillance qu’il affiche sur son visage et aussi bien sûr par sa hauteur. Pas étonnant qu’il y ait foule pour cette attraction phare de Rio.

DSC01441

C’est qui le maillon faible?

DSC01423

La vue embrasse Rio à 360°!

DSC01433

Stéphanie et Valéry

 

O SAMBA !

Ecrit le 16 septembre 2014

Cette musique envoûtante aux accents de fado portugais, de saudade cap-verdienne, ou de musique enjouée a fait le bonheur de notre soirée d’hier, dans un restaurant dédié à cette musique.

DSC01458

Sur scène, trois musiciens seulement et leur instrument: un tambour à cymbales, une guitare à 4 cordes (covaquinho) et une guitare classique. A eux trois, ces musiciens représentaient très bien le métissage brésilien. A tour de rôle, les personnes présentes dans le restaurant étaient appelées pour interpréter les chansons. Et c’était loin d’être des amateurs! Nous nous sommes alors demandé si nous n’allions pas devoir pousser la chansonnette !

D’après wikipedia, la samba serait un mélange entre les traditions des noirs africains amenés en esclavage dans les différentes plantations du pays, celles des indigènes, et bien sûr des colons portugais. Elle serait née dans les bidonvilles de Rio avant d’être diffusée dans la ville elle-même lorsque l’esclavage a été aboli dans le pays.

Il existe plusieurs sous-genres de samba. Celle que nous avons entendue hier était tantôt mélancolique, tantôt enjouée. C’est aussi la musique du carnaval de Rio. La samba se danse à deux ou seul.

Voici un extrait vidéo de saudade:

Stéphanie et Valéry

 

O PÃO DE AÇÚCAR

Ecrit le 17 septembre 2014

Ce piton granitique, mondialement connu, à la forme d’un bloc de sucre raffiné, culmine à 396m et se situe à l’entrée de la baie de Rio. C’est une étape incontournable qui offre un point de vue complémentaire de celui du Corcovado.

On y accède par un téléphérique (ou un chemin de randonnée trop pentu pour nous et les filles), vieux de plus de 100 ans. Le trajet se fait en deux étapes, avec une escale sur le Moro do Urca, un autre rocher plus en contrebas.

DSC01475

Ca soufflait fort le jour où nous y sommes allés, cela ne nous a pas empêché d’apprécier le panorama, même après le Corcovado.

DSC01510

 

La plage de Copacabana (au deuxième plan), avec un peu de hauteur.

DSC01498

Stéphanie et Valéry

 

RIO DE JANEIRO EN 1900

Ecrit le 19 septembre 2014

Plusieurs quartiers possèdent de belles demeures, des immeubles ou des édifices de la période « Belle Époque » (corrige-moi Cécile si je me trompe!). Dans les quartiers Catete, Gloria ou Cinélandia, on peut y effectivement en dénicher. Ce qui est assez étonnant, c’est d’en trouver entourés d’immeubles modernes, ou de demeures très modestes. D’autres encore sont un peu défraichies.

Le Brésil a fortement prospéré à la fin du 19ème, début 20ème siècle grâce à l’extraction du caoutchouc pour les villes du Nord (Manaus et Belém) et à l’extraction du café pour les villes du Sud. Cela s’est traduit par la modernisation intensive de ces villes avec la construction de beaux monuments (par exemple, le théâtre de Manaus, Teatro Amazonas, que nous ne verrons pas) ou le théâtre municipal de Rio de Janeiro. Durant cette époque, Rio a vu sa population augmenter considérablement passant de 266000 à 730000 habitants entre 1872 à 1904, et même atteint plus d’un million d’habitants en 1920. Il fallait bien loger ces personnes et les divertir !

DSC01517

DSC01528

DSC01518

Valéry

 

 

9 thoughts on “5) Rio de Janeiro

  1. Coucou,
    Pour nous Rio c’est le carnaval. Racontez nous ce que vous découvrez dans cette belle ville.
    Vous nous manquerez samedi!
    Bises de nous 5.

    • Go go go !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  2. Coucou à vous 4,

    Bien que peu actif dans l’envoi de messages sur votre site, nous suivons vos trajets avec attention. Quel plaisir de regarder vos commentaires et photos en revenant du boulot. A défaut de Brésil, on boira un mojito en votre honneur !

    Bises et profitez bien de Salvador de Bahia

  3. superbe l’escalier aux 316 marches de Santa Teresa. Que j’aime la mosaïque !
    sinon, vous direz à Salomé que je suis bien d’accord avec elle. Le bâtiment d’Oscar Niemeger ressemble davantage à une soucoupe qu’à une fleur. Tiens on a hébergé ce week-end une petite Salomé – copine d’Anais rousse quant à elle et très jolie également
    Allez, « Segurança » les voyageurs
    Christine

    • Oui, Santa Teresa a beaucoup de cachet. Son côté artistique nous a beaucoup plu. On a retrouvé cette ambiance à Valparaiso, au Chili.
      Valéry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *