2) Iles de Chiloé

PREMIERES IMPRESSIONS

Ecrit le 23 octobre 2014

Nous avons quitté Puerto Montt, une grande ville portuaire sans charme, à bord d’une voiture de location de marque Renault! Une voiture de base, en fait, au nom de ‘Symbol’ sans option superflue et surtout pas de kilométrage !!! Nous sommes quand même heureux de disposer d’un véhicule qui nous rend autonomes. Direction sud-ouest par la mythique Ruta 5, la Panamericana qui traverse l’Amérique du Sud du nord au sud: nous partons à la découverte de l’ile de Chiloé. Mais en quittant la ville, on traverse une campagne désolée avec des maisons tristounettes. De plus, il se met à pleuvoir sans discontinuer, ce qui rend l’atmosphère encore plus lourde! Ce que le ciel peut être bas au Chili!

La traversée à bord d’un bac pour rejoindre l’île, ne va rien arranger. Il pleut à verse, il fait froid, le ciel est bouché.

DSC02305

Qu’est-ce qu’on va faire dans cette galère! Il n’y guère que notre repas de midi pour nous réconforter : un grand plat de fruits de mer et son consommé dans un restaurant d’Ancud au cadre charmant!

Mais heureusement, en arrivant sur Castro, la plus grande ville de l’archipel, le ciel semble s’éclaircir et la pluie cesse. De plus, notre hébergement nous réserve une belle surprise. C’est un bungalow tout neuf, tout en bois, sur 2 niveaux, et donnant directement sur l’estuaire de Castro. Du coup, nous sortons vite de notre cabaña pour marcher sur la plage et découvrir les oiseaux et les coquillages.

DSC02327

Il y a des moments comme ça dans le voyage avec des bas! Mais rassurez-vous car depuis, nous avons vu tant de belles choses (à venir sur ce site), que notre moral est au plus haut…

Stéphanie et Valéry

 

LA COTE EST DE L’ILE, SECTEUR DE TENAÚN

Ecrit le 24 octobre 2014

Chiloé est réputée pour ses églises en bois inscrites au Patromoine Mondial de L’Humanité.

Nous avons souhaité visiter celle de Tenaún, tout à l’est de l’île. Le voyage n’a pas été de tout repos car pour s’y rendre, il faut emprunter une quinzaine de kilomètres de route de graviers (avec notre titine et pas un 4×4). Il faut le vouloir pour s’y rendre. Est-ce une volonté des insulaires ne pas toujours faciliter l’afflux de touristes? Toujours est-il qu’on a découvert un lieu très authentique avec ses maisons à bardeaux, son front de mer non aménagé, ses rues remplies de nids de poule. C’est très rustique.

DSC02430

Mais nous avons été très chanceux ce jour-là et ce à plusieurs titres.

Chanceux de bénéficier d’un soleil éclatant ce qui, n’est pas si fréquent à Chiloé. Ceci nous a permis d’observer les nombreux sommets enneigés de la Patagonie chilienne (sur le continent).

DSC02452

Chanceux d’avoir pu nous restaurer de délicieux empanadas aux fruits de mer, ces chaussons fourrés d’œufs, d’oignons, de coriandre, et de fruits de mer. Ils ont été préparés par une villageoise qui nous a accueillis dans sa cuisine qui sert aussi de salon et de salle à manger.

Chanceux aussi d’avoir partagé son coin de table avec les ouvriers qui restauraient l’église et qui nous ont permis de la visiter et ce bien qu’on soit hors saison. C’est une église tout en bois, à la façade bleue, et à la charpente extrêmement sophistiquée, sans doute inspirée de l’architecture des bateaux.

DSC02448

DSC02446

DSC02445

Chanceux d’avoir pu observer par hasard un groupe de trois dauphins à une vingtaine de mètres de nous. La présence de nombreux oiseaux et de mammifères marins nous fait penser, par certains côtés, à la richesse des Galapagos.

Stéphanie et Valéry

 

LA COTE EST DE L’ILE, L’ILE  DE QUINCHAO

Ecrit le 25 octobre 2014

Il  est facile de se rendre sur l’île de Quinchao à partir de Chiloé. Il suffit d’une courte traversée en bac. L’itinéraire, sur l’île, nous conduit à des villages et des hameaux. Le premier point d’intérêt est le village de Curaco de Vélez, connu pour ses maisons à deux niveaux, ce qui est exceptionnel pour l’île qui compte une écrasante majorité de maisons à un niveau. Mais, autrefois, il fallait bien montrer des signes extérieurs de richesse liée au commerce du bois. Aujourd’hui, subsistent ces maisons classées monuments historiques mais, il faut le dire, avec une marque visible du temps passé.

DSC02474

Plus loin, nous trouvons le village d’Achao bien plus animé que le précédent avec son petit port de pêche, son marché artisanal et ses bambins dans les rues (ce que nous avons rarement vu ailleurs).

DSC02485

On peut aussi y visiter une autre église classée au patrimoine mondial, dans le style typique des églises de Chiloé, à savoir un toit et un bardage en bois, un porche abrité et une tour. C’est la plus ancienne de l’archipel (1740). L’intérieur aux couleurs douces, avec une dominante de bleu maritime, révèle un lieu propice à la méditation. Elle nous a beaucoup plu.

DSC02502

DSC02504

A l’extrémité est de l’île, de nombreux panoramas de la Patagonie chilienne s’offrent à nous. Nous vous en faisons partager quelques uns.

DSC02518

DSC02515

Stéphanie et Valéry

 

LA COTE PACIFIQUE: LE PARC NATIONAL DE CHILOÉ

Ecrit le 25 octobre 2014

L’archipel possède son parc national qui s’étire le long de la côte pacifique. Nous sommes allés précisément à Cucao, au sud ouest de Castro. C’est un village perdu de bord de mer, qu’on atteint après avoir longé deux grands lacs glaciaires.

DSC02336

Ce parc possède des sentiers pédagogiques pour présenter la flore de l’archipel, une flore essentiellement adaptée à la salinité et aussi à la présence d’eau de mer.

Comme nous sommes des fanas de promenade sur la plage, nous avons bien sûr opté pour le sendero a la playa.

DSC02380

DSC02367

Nous avons débouché sur une lande où paissaient quelques vaches. Quelle belle vie de vache dans ce lieu insolite!

DSC02361

Ce parc possède également un joli petit musée présentant la vie d’antan,  les traditions de ce peuple de pêcheurs et l’artisanat (vannerie, travail du bois, etc).

Stéphanie et Valéry

 

LA COTE PACIFIQUE: LES MANCHOTS DE PUÑIHUIL

Ecrit le 27 octobre 2014

Nous sommes partis d’Ancud (pour ceux qui nous suivent sur leur Atlas) pour nous rendre sur un site de reproduction des manchots. Avant d’arriver sur une jolie plage, il nous a fallu traverser un petit cours d’eau avec notre petite titine.

SONY DSC

A bord d’une petite embarcation, on nous a emmenés visiter trois ilots où les manchots de Magellan et leurs cousins les manchots de Humboldt viennent pondre leurs œufs et faire la première éducation de leurs jeunes avant de migrer soit vers le sud (Punta Arenas) soit vers le nord de l’Océan Pacifique sud (Pérou, Equateur). On le sait depuis notre voyage aux Galapagos et notre rencontre avec les manchots tropicaux, ces sympathiques animaux sont fidèles en amour (ils sont monogames) mais aussi à leurs sites de reproduction (jusqu’à pondre rigoureusement au même endroit).

20141025113936(1)

Quel plaisir de les voir se déplacer sur ces ilots avec une attendrissante maladresse!

On a pu aussi observer trois espèces de cormorans, des ouettes marines (espèce d’oie), et même de jeunes loutres. Voici quelques vues prises ce jour-là. Désolés pour la qualité des photos mais il faisait si beau que nous n’avons pas échappé au contre-jour.

Le cormoran à pattes rouges:

20141025114930(2)

L’ouette marine:

20141025114235(2)

La loutre:

20141025115154(2)

Malheureusement, ce n’était pas la saison pour observer des baleines bleues. On ne peut pas tout avoir! Elles viennent un peu plus tard dans la saison.

Stéphanie et Valéry

 

LA VILLE PRINCIPALE: CASTRO

Ecrit le 4 novembre 2014

Les iles de Chiloé sont principalement connues pour ses églises (classées au Patrimoine Mondial de l’Unesco) et ses maisons sur pilotis (classées monuments nationaux). Ces deux spécificités trouvent leur paroxysme à Castro.

La cathédrale est en effet un cas à part sur l’île. A première vue, elle sort tout droit d’un conte de Disney avec ses couleurs sorties de nulle part: aubergine et jaune canari. Elle peut déplaire… mais l’intérieur est de toute beauté. Tout est en bois, c’est une atmosphère très chaleureuse. Elle est assez peu décorée, ce qui la rend plus solennelle. On a envie d’y rester, de prier!

DSC02330

DSC02600

DSC02603

L’essentiel des palafitos de Chiloé se trouve à Castro. Ce sont des cités lacustres en bois, sur pilotis, reliées à la terre ferme par des passerelles. Ces cités surplombent la baie de Castro où, à marée basse on peut observer leur base. Elles ont été construites à la fin du 19ème siècle. D’autres cités lacustres peuvent être observées en mer baltique, en Papouasie Nouvelle Guinée ou encore en Birmanie.

DSC02410

DSC02628

La baie de Castro se prête aussi à la fabrication de bateaux en bois.

DSC02413

Valéry

 

 

 

2 thoughts on “2) Iles de Chiloé

  1. Récit passionnant de votre découverte de l’ile, l’église ancienne est remarquable d’élégance avec une certaine ressemblance avec les églises scandinaves et sibériennes, on a l’eau à la bouche à la lecture de vos menus. Encore une étape réussie dans votre périple. Un grand merci de nous le faire partager.

  2. Belles photos d’églises et de leur charpente en bois … ça donne envie de prier pour que votre voyage se continue dans d’excellentes conditions…. avec u peu plus d chaleur !!! C’est un temps d’hiver que vous avez…qui arrive chez nous !
    Salomé toujours souriante !! Bravo.
    On attend la suite…quel beau voyage vous faites.
    Bisous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *